Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mubarashta : Le Mythe Fondateur

Publié le par Fabien Maisonneuve

Au commencement, Barbêlo méditait sur les eaux infinies. Ces eaux étaient Sufya. Celle-ci voulait s'unir à Barbêlo, mais celui-ci préféra l'ignorer. Envieuse, elle s'accoupla alors à lui durant son sommeil. De leur étreinte frauduleuse naquit un fils difforme : Eldobos.

Eldobos, dit « le Démiurge » façonna le monde pour y enfermer l'âme de son père Barbêlo dans une enveloppe mortelle et le punir ainsi de son indifférence. Sa mère, Sufya le condamna pour cet acte et donna aux hommes les chemins de la divinité. Elle envoya pour cela deux esprits : Harût et Mârût, qui enseignèrent à l'homme sagesse et intelligence. Ils avaient l'apparence des Simurghs, et en sont les ancêtres. Ils volent dans le lointain ciel nocturne tels des raies de lumière.

Une partie de Barbêlo ne put être enfermée dans la chair et demeura gardienne du Tout de toute éternité, on la nomme Eloah, l'Oeil qui voit dans les Ténèbres. Eloah est le prince de la divine conscience et de la vacuité.

Lorsqu'il s’aperçut de l'aide de Sufya à l'âme de son père, Eldobos peupla le monde de ghûls (monstres) pour emplir le cœur des hommes de terreur et les décourager dans la quête de la divinité.

Pour marquer sa supériorité sur les mortels, Eldobos viola sa mère Sufya et donna naissance à un couple jumeau, Ishtar et Baal.

Baal avait une force démesurée et il renversa les montagnes, faisant pleuvoir des calamités, jouant sur la terre des hommes. Son enfantement fut d'ailleurs si douloureux que Sufya pleura abondement, et ainsi un déluge inonda une grande partie de l'ancien monde.

Puis, la belle Ishtar créa les djinns pour éveiller les sens de l'homme. Se faisant, elle avait emplit le monde de plaisirs. Elle s'amusait à voir des hommes et les femmes s'adonner à la luxure et bénissait le fruit de leurs jeux.

Lorsqu'Eldobos leur père observa le monde, il y vit que ces créatures qu'il avait condamné à souffrir étaient pourtant heureuses, et se tournant vers ses enfants, il blâma Baal qu'il cru coupable. Ishtar s'interposa, mais Eldobos l'enferma au loin dans une île d'opale, la lune. Depuis, Ishtar chante sa mélancolie et sa détresse. Elle en baigna tant le monde que ces sentiments pénétrèrent le cœur des hommes et qu'ils y sont soumis toutes les nuits.

Quant à Baal, il fut brulé, et ses cendres encore chaudes, dispersées sur la terre, formèrent les sables du désert.

Baal privé de corps hanta le monde par son souffle de vie, le zephyr, tant et si bien qu'il fut vénéré par ses habitants comme un dieu, et ne cessa de chercher les voies de sa parousie.

Par la suite, Sufya se sacrifia pour enfanter un être nouveau, reflet de son défunt époux, pour guider les hommes, et ainsi naquit Shamash.

Le peu de vie qui resta de Sufya se dispersa et forma le plérôme des anges.

Lorsque Shamash apparu, le monde fut illuminé et, retrouvant les voies de la divinité, les hommes furent en fête.

Entendant la clameur, Eldobos se dirigea vers la terre des hommes pour voir ce qui se passait. C'est pourquoi Shamash se retira, et la mélancolie d'Ishtar repris de plus belle. Eldobos inspecta le monde mais n'y vit pas de place pour le bonheur.

On dit que chaque fois qu'Eldobos se satisfait de la détresse du monde et se détourne, Shamash reparait dans les cieux.

On dit aussi qu'Eldobos est si bête qu'il ne lui vint jamais à l'esprit de faire le chemin vers le monde en sens inverse, et ainsi l'obscurité jamais ne rencontre la lumière.

Telle est l'histoire des grands dieux des premiers temps.

Ishtar et Shamash se connurent. Ils s'aimèrent et Eldobos les surpris. Il maudit leur union. Ainsi, alors qu'ils donnèrent naissance à nombre de dives bienveillants ou askyas, Ahriman émergea des entrailles d'Ishtar et la blessa tant qu'elle sembla mourir. Ahriman fut rejeté par son père. Par la suite, le fils paria de Shamash décida de détruire toutes les œuvres de son père solaire. Il fit si peur à ses frères qu'ils se tinrent loin du monde, décidant de ne pas intervenir dans leur lutte, sauf Ahor Mezda.

Il était l’aîné et il décida quant à lui d'ordonner si bien les choses du bas-monde qu'Ahriman ne trouverait aucun moyen de les détruire. S'arrachant les ailes, il descendit régner parmi les hommes. Des plumes de ses ailes naquit le Jardin des Lumières d'Al-Muntaha, et le sentier d'As-Sîrat qui y conduit. De son corps splendide, il fit un prophète : Aramidras. Il unie les peuples dans la religion et inspira l'unité de Gandariah, mais celle-ci dû attendre la venue de son descendant Ishkaladar pour s'accomplir.

Après l'assassinat d'Ishkaladar par le sombre dive Zahhâk, Gandariah fut divisé en neuf royaumes...

Commenter cet article