Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Chant de la Sentence - Récit kshayatrim des origines

Publié le par Fabien Maisonneuve

Le Chant de la Sentence - Récit kshayatrim des origines

Eldobos créa la terre et le ciel. Dans les cieux, Il plaça Son palais d'émeraude. Sur la terre, Il façonna les humains pour le servir, à titre d'esclaves de Sa gloire.

Puis, se tournant vers ses adjoints, les anges, Il confia à l'un d'eux, le maudit Aramidras, la tâche d'épier les injures à Sa grandeur, afin de distinguer ceux qui méritaient Son châtiment.

Aramidras fit son oeuvre un temps, mais il fut perverti par les méchancetés des infidèles. Corrompu, il porta la rébellion jusqu'aux cieux en insinuant que les hommes étaient unanimes pour proclamer leur créateur indigne d'être adoré.

Eldobos, mis au défi de les soumettre tous, envoya la nuée des ghûls sur la terre, en guise de fléau et de répression. Magnanime, Il confia à son adjoint Shayatz, le serpent, la tâche de se glisser parmi les hommes, afin de distinguer leurs intentions, et examiner dans leur cœur tout ce qui les portaient à Lui refuser la gloire.

Les hommes se trouvèrent finalement sur le point d'abandonner leur rébellion, lorsque le serpent surpris une scène des plus insolites. Un simorg, roi des rapaces, leur adressa son annonce. Il jura connaitre les mots sacrés par lesquels ils pourraient voler les astras, les armes célestes de la cité d'émeraude d'Eldobos, et leur conseilla de les accepter, en cadeau, contre leur allégeance à son joug clément.

Les rebelles se dépêchèrent d'accepter, et reçurent le pouvoir de dérober les armes divines. Ils chassèrent alors les ghûls et édifièrent pour célébrer leur victoire, la cité d'Idaris. Idaris se dressa jusqu'à la vue d'Eldobos, qui s'enragea contre l'impiété et le cambriolage. Alors Il déclencha un grand déluge sur la terre.

Sous les eaux, Idaris fut balayée et la moitié du monde sombra, et la moitié des êtres vivants périrent. Tel fut Son avertissement.

Puis Eldobos rappela les ghûls et les anges, et les assembla devant lui. Shayatz se tenait là, et le démiurge l'interrogea. Le serpent rapporta l'affaire du simorg, et Eldobos démasqua la traitrise, car l'oiseau qui avait trahi sa vassalité n'était autre qu'Aramidras.

Il était apparu aux hommes sous une belle forme pour les séduire, mais Eldobos est plus perspicace que ceux qui rusent contre Sa gloire. Dans Sa colère, le créateur saisi entre Ses mains toutes les ghûls du ciel, et les assembla comme une poignée de ténèbres. De cette boule obscure Il tira Ahriman, l'Ange du Châtiment.

Ahriman se lança contre Aramidras et ceux qui l'avaient suivi. Il les disperça aux quatre coins du ciel, devenant tels des mendiants errant dans le désert de la nuit.

Quant à Aramidras, il le frappa violemment, jusqu'à le priver de sa déité. Déchu, mortel et sans ailes, Aramidras se retrouva à sa juste place, parmi les hommes, esclaves de la gloire d'Eldobos.

Alors le démiurge entonna le Chant de la Sentence, par lequel il proclama Sa volonté, assignant à Ahriman son destin. Il lui était ordonné d'appeler des élus parmi les hommes, ceux que bénirait le serpent, de leur apposer sa marque et de leur donner pouvoir de prélever leur part de Sa gloire sur la servitude de l'humanité.

Ceux-là, les élus, seraient nommés kshayatrim.

Le Chant de la Sentence - Récit kshayatrim des origines

Commenter cet article