Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gandariah Tome 2 La Tentation des Sabres - Liminaire

Publié le par Fabien Maisonneuve

Gandariah Tome 2 La Tentation des Sabres - Liminaire

Il y a 500 000 ans, l'archange Shayatz descendit parmi les fils d'Abil et leur révéla l'existence des cieux et des enfers dans le Bardô. Se faisant, il mit le trouble dans le cœur des hommes qui n'étaient pas préparés à ce savoir. Il les instruisit de l'art d'invoquer "des anges" pour leur venir en aide face au péril du Jugement d'Eldobos. A cause de cela, un grand nombre "d'anges", des avatars des Rayons du Bardô, les Essences, descendirent sur la terre, attirés par les rituels des hommes, et, sous leur emprise, s'accouplèrent avec leurs femmes consacrées, les kahini.

Elles reçurent en partage les secrets des anges ainsi invoqués et développèrent les Arts Secrets (la magie d'exorcisme). Elles mirent également au monde des enfants nés de ces unions célestes, à moitié anges à moitié humains, les nafsilim. Êtres éternels dans des corps d'hommes, ils apprirent bien vite les Arts Secrets et dépassèrent les kahini dans ce domaine, réalisant les prouesses de la Haute-Magie, à peine effleurée par leurs mères. Ils bâtirent alors la mythique Idaris afin de parvenir à accomplir l'état divin, mais au dernier moment, leur tentative se solda par une catastrophe, faisant naître à la surface du monde une multitude de dives dévastateurs, ce qui provoqua leur division.

Face à ces créatures hybrides et horrifiques, les nafsilim essayèrent de se liguer. Mais ce ne fut pas suffisant, aux yeux des dives, pour racheter la faute des avatars qui s'étaient unis aux kahini à cause de Shayatz, et ainsi avaient permis aux ghûls de corrompre la terre. Ils furent condamnés à un supplice éternel dans un ciel réservé à leur tourment. Pour réparer le mal causé par eux, les Trônes déclenchèrent un déluge afin de nettoyer la terre de la présence des nafsilim et des ghûls. C'était un déluge de puissance divine, et il y eu de nombreuses catastrophes sur la surface du monde.

Malgré cela nombre de nafsilim survécurent et décidèrent de se cacher des malakim qui leur avaient ainsi déclaré leur hostilité. Les Puissances avaient décrété que tout nafsili survivant usant de ses pouvoirs à la face d'Eldobos serait saisi et condamné au supplice céleste lors de la Litanie de la Sentence. Pour cette raison les nafsilim se consacrèrent à éloigner les hommes d'Eloah, afin qu'ils ne témoignent pas contre eux. Seule la lignée d'Abil échappa à leur conspiration.

Lorsque vint le temps où se répandirent le mezdahisme et l'ahorisme, les nafsilim comprirent qu'ils ne pourraient plus manipuler les hommes comme ils l'avaient fait auparavant, et ils commencèrent à se cacher des hommes eux-mêmes. En outre, certains voulurent se racheter en accomplissant des miracles au service de l'Empire ou de la Confédération, les deux camps politiques opposés dans l'Empire. Ils se retrouvèrent pourtant embarqués dans une guerre terrible dont ils ne comprirent jamais l'origine et où leurs forces s’annihilèrent : la Guerre des Âmes.

A la suite de cela, l'Empire commença à les pourchasser dans tout Gandariah, eux et les kahinis. La Confédération fini par faire de même, mais les nafsilim commencèrent à récolter le fruit de leur longs efforts : avec l'humanisme, ils avaient édifié le creuset d'un nouveau temps, d'une nouvelle apogée pour leur race : la Parousie. Les nouvelles sociétés secrètes ou confréries, attirées par les Arts Secrets et la doctrine de Thalim permettaient aux nafsilim d'affaiblir l’Empire et de retrouver leur emprise ancestrale sur les hommes.

Baal attendait son heure, et fit tout ce qui était en son pouvoir pour retrouver sa place parmi les êtres celestes.

Nous sommes au XXIIIe siècle du calendrier ahorite. Pris en tenailles entre les hommes, les anges et les dives, les nafsilim tentent de tracer leurs propres voies, condamnés à la vie éternelle. Pendant ce temps, les mezdahistes sont en proie aux guerres de religions, multiplient les condamnations pour hérésie et remettent la chasse aux sorcières à l'ordre du jour, tandis que la « Pyramide », l'ordre kalandar, dessine les traits d'un monde nouveau. Les marchands cherchent à s'émanciper de la noblesse, qui tente de se libérer de l'administration impériale, tandis que les rois et reines sont pris dans une spirale de complots...

Commenter cet article