Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kaddar Kalderade Le Juste et Yakal Khagan le Dévastateur

Publié le par Fabien Maisonneuve

Il fallut un an à Yakal Khagan pour s'installer au palais d'Izkandaraï, posant sa tente dans la salle du trône, où les perles d'Anqys avaient cessé de briller, sous l'effet de l'Ombre du sorcier et chef de guerre moghûl. On cherchait encore l'empereur dans les quartiers palatins, sous les traits des nashizes du harem, ou dissimulé parmi les vizirs. Pas la moindre trace du Shahenshah Kaddar Kalderade II le Juste.

En vérité, Yakal Khagan voulait saisir l'opportunité de défaire la suprême autorité d'Urzîl sur le camp kshayatrim en saisissant le Prix du Sang à la source. Mais l'empereur était et demeurait introuvable. Tout juste une ombre trainait dans les rues sa silhouette fatiguée, un mendiant qui lui ressemblait et avait vite été relâché, sénile.

Oui, un parfait sosie, et Yakal Khagan se demandait même parfois s'il n'était pas le signe de la déchéance de son ennemi. La chute de l'astre du Shadiraï.

La ville avait été violentée. Izkandaraï soumise au racket. Le Coeur-Royaume désarçonné, démuni, tétanisé. Les moghûls jouant au bouzkachi avec l'empire. Yakal Khagan s'implantait sur le trône peu à peu, par la terreur, n'ayant que faire d'administrer le pays. Il suivait juste le Zéphyr pour permettre la Parousie de sa dive apsûr tutélaire, la déesse sombre Garuda.

C'était une créature à tête de corbeau et ailles membraneuses, au corps famélique et pourpre; sa langue fourchue était encore signe de sa nature de reine de Souillure. Tout ce que Mezdahor était à Kaddar. Garuda, mère des rakshasa et des vanaras qui la servaient encore. Déesse des moghûls cannibales, elle incarnait la nature corrompue des âmes qui la servaient, la monstruosité. Le temps était venu pour Yakal de la réveiller, et il cherchait le chemin de la Fontaine de Vie pour la nourrir assez et lui conférer un avatar. Dans l'Ombre guider le peuple, effacer l'affront d'Aramidras à la face d'Eldobos.

Commenter cet article