Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'homme et le colibri

Publié le par Fabien Maisonneuve

En homme libéré, Arasîl se défie de l'étreinte. Il respirait fort. Zana regretta son éloignement soudain. Arasîl eut un geste en la voyant, il lui caressa tendrement la joue. Elle saisi sa main et l'embrassa. La Louve cligna des yeux. Elle eut un pincement. Ce qu'ils avaient fait était interdit par les vieilles coutumes d'Eldobos, et c'était un acte sacré: l'amour pour l'amour, sans progéniture possible. Elle aurait recours, par la suite, à quelque aphrodisiaque, si nécessaire, pour le garder plus longtemps, et à quelque décoction et pâte de crocodile, s'il le fallait pour retenir l'enfantement, car elle ne voulait pas imposer au Roi des Rois une progéniture, du fait de sa condition de rayat, non-noble.

L'empereur présomptif était étalé et se laissa couler sur la rive pour se nettoyer en profondeur, dans l'eau de la rivière. Oasis de fraîcheur, au milieu des rochers du Haut-Mazighân. Un petit colibri vint se poser non loin. Le prince lui adressa son message dans sa langue adoptive.

-- Ô Pinçon des Déserts, portes à TImra et à Byrakk la nouvelle. "Je suis devenu un homme. Quelle est la marche à suivre?...Car nous avons avec nous des villageois qui cherchent refuge contre leurs geôliers, dans le nid de pierre..." Ô Colibri, dis-le lui.

Et le porteur de message s'en alla vers la montagne.

Commenter cet article