Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bardahût

Publié le par Fabien Maisonneuve

- Conteur -

Les feux de Bardahût étaient allumés dans la nuit bleue et obscure. Il s'agissait d'une cité de pyramides et de mastabas divers, entre lesquels d'imposants colosses de granit ponctuaient le sillon de larges avenues. C'était là le tombeau de secrets anciens, que nul n'avait violé par peur d'éveiller la source même du mal. Ici était la ville de gardiennes tenues muettes face à l'immensité de leur charge : les Vestales du Destin de Bardahût, terribles vierges écartées des affaires depuis qu'une guerre ancienne faite de sorcellerie leur valu l'exil ; depuis que Fereydoun le roi-mage et ses kalandars avaient pourfendu leur grande prêtresse dans la fureur d'un tourbillon de gazs incandescents.

Il fallait contenir le trop grand pouvoir que recelait la magie du Destin. Les Mandalas de Bardahût étaient capables de dévoiler les lignes de force des mutations du monde. Aujourd'hui, les farouches prêtresses devaient rompre leur isolement malgré la condamnation dont elles étaient l'objet, car le temps était venu pour qu'un seigneur kshayatrim tente de s'emparer de l'inestimable trésor maudit dont elles étaient le sceau depuis des éons.

Urzil arrivait, avec lui d'innombrables hommes d'armes vendus à la cause des seigneurs du Taggoth. C'était pour eux un pélerinage vers la sépulture de leur maître de jadis, l'Empereur Serpentaire Narûnshîn. Plus qu'un pélerinage même, l'occasion rêvée d'honorer sa mémoire en exhumant sa sépulture pour en extraire l'antique couronne, forgée par Shayatz aux premiers jours des hommes. La couronne maudite de Narunshîn devait demeurer inviolée, les prêtresse en appeleraient donc à Haqsoum, le royaume du sud, dont les troupes cuirassées attendaient dans les montagnes, rougissant le Melek Midrash.

Une compagnie de cavalières enturbannées emprunta les portes du midi, à dessein de retrouver les soldats d'Haqsoum. Le Negus était leur objectif ; lui saurait que l'on devrait redouter pareille la profanation.

Elles s'en allèrent sur les dunes par delà le sable épais qui tourbillonnait dans les airs par volutes. Elles galopaient vers un secours. On aurait pu croire que les mandalas leur auraient révélé comment procéder pour assurer leur propre destinée. Mais le pouvoir de Shayatz occultait partiellement l'avenir, ne laissant que des visions au coeur de ténèbres profondes. Les maîtresses de l'ordre avaient gardé le secret de leurs oracles, nulle ne se doutait ce qu'elles avaient vu dans les mandalas au sujet de leur sanctuaire.

Pour les vestales qui se rendaient auprès du Négus, l'avenir était incertain. Elles emmenaient tout juste assez de sable et de pigments pour rembourser le Negus Gyptabal en divinations. Des hommes allaient trouver la mort, la chose était certaine. Quant aux prêtresses, leur survie était compromise. Mulafa, en tête de l'expédition avait des pensées agitées. La vitesse devait les chasser. Pas le temps de parler à ses novices, l'accompagnant. Les lunes succédaient au soleil, et le danger n'avait jamais été aussi proche.

La course ne connaitrait pas de trève avant que le Melek Midrash soit franchi, et que soit pénettré le fertile pays d'Haqsoum. Aucun homme ne devrait les toucher, à aucun moment. Juste les seigneurs à qui elles devaient leur oracle. La tradition des noces mystiques. Pas même sous un semblable péril le rite ne devrait être compromis, et le serment abandonné.

Commenter cet article