Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 Différences entre Gandariah et Capharnaüm

Publié le par Fabien Maisonneuve

Voici en substance comment Gandariah se distingue du JDR Capharnaüm, classique de l'oriental fantasy mainstream du JDR français.

1. Dans Gandariah, vous jouez des seigneurs, assortis de responsabilités claniques. Vous n'êtes pas un héros solitaire ou un aventurier surréaliste. Vous ne vous êtes pas lancé dans l'aventure en rentrant dans une auberge et en rencontrant 3 ou 4 gredins prêts à tenter le tout pour le tout pour la fortune. Vous avez des responsabilités sociales, et vous devez rendre des comptes à un émir. De plus, vous devez traiter avec les autorités, respecter et faire respecter la loi et l'ordre.

2. Dans Gandariah, la vertu prime sur la foi. Les personnages sont confrontés à des situations dans lesquels ils doivent illustrer leurs valeurs culturelles dominantes. Ainsi, ce qui compte ce n'est pas de savoir dans quel dieu vous croyez, mais si vous faites preuve d'hospitalité, de bravoure, de chevalerie, de prestige, de fierté, de loyauté, etc.

3. Dans Gandariah, vous appartenez tous à la même société, malgré des différences culturelles, grâce à la structure de l'Empire. Par ailleurs, vous commencerez toujours à Balad al-Jamah dans la première édition.

4. Dans Gandariah, la magie et la religion ne font qu'un. Les forces mystiques qui gouvernent le monde sont accessibles à l'homme en vertu de sa nature, mais il lui faut une longue initiation pour parvenir à les maîtriser.

6. Dans Gandariah, vous affrontez le mal pur, et non des adversaires stratégiques. Par conséquent l'esprit du jeu n'est pas tourné vers la politique, mais la politique doit trouver son sens dans la préservation de l'équilibre, de l'écosystème humain, face à une menace de chaos sociétal, de souillure de l'âme et de perversion de la nature.

5. Dans Gandariah, la guerre de religion n'est pas décalquée sur notre réalité. C'est une perspective dualiste qui est à l'oeuvre. Il s'agit des puissances de la lumière contre les puissances des ténèbres. Le jeu est axé sur cette lutte, en prenant le parti de la Lumière dans la première édition. Ce n'est pas un pastiche calqué sur des peuples ayant existé ou existant encore, mais la relation de conflit entre une gnose transcendante et un pragmatisme rapace. Nous sommes d'avantage plongés dans la Fantasy

7. Dans Gandariah, vous ne trouverez tout simplement pas les mêmes inspirations culturelles. L'orient est riche de multiples périodes, mythes, légendes, et Gandariah a opté pour une vision tout à fait originale, simplement, en mettant l'accent sur les assyriens, les byzantins, les bactres, les hindous, les berbères, les maliens, les nubiens, les états latins. Ne vous attendez pas à voir des dragons, mais un bestiaire basé sur la poésie orientale et les folklores du monde.

 

Commenter cet article