Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Poème des Zéphyrs

Publié le par Fabien Maisonneuve

Je ne me complairais pas à vous conter savamment

Comment agirent les hommes qui trahirent l'alliance

Qu'il y avait entre les cieux et les hommes d'avant

Mais cela se résume à la déliquescence.

Et que dire de ces fous qui sous les tornades grises

Dévoraient des racines hallucinogènes!

Des folies de  l'ivresse aux périls qu'ils méprisent

Répudiateurs du juste, le vouant à la gène.

Alors que dans leurs coeurs griffus sans cesse à vif

Brûle un feu dévorant, une grande géhenne.

Un terrible fléau silencieux les frappa vite

Quand dans leurs rêveries, le rêve se brisa

Qu'apparurent sur leurs corps les stigmates

De bien des amants surpris dans leurs ébats.

La justesse banie ne pouvait demeurer

Elle fut prompte cette nuit là à quitter Gandariah

Depuis lors quelques doctes cheminants l'ont trouvé

Et sans que jamais elle ne fut gagnante

Elle demeurera à veiller sur nos nuits, ardente.

 

Commenter cet article