Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'oasis, un lieu de vie sédentaire très délicat

Publié le par Fabien Maisonneuve

L'oasis, un lieu de vie sédentaire très délicat

Dans le but de faciliter notre immersion dans l'univers de l'Orient, décrire la dimension des techniques et savoir-faire nous a paru indispensable, incontournable, évident. Chaque connaissance technique est un point d'appui pour l'improvisation, tant pour le Conteur que pour les Personnages-Joueurs.

L'Oasis

Un Oasis est tout d'abord un point géologique particulier, un lieu naturel ou la nappe phréatique d'un désert affleure la surface, entretenant une végétation naturelle fragile mais exploitable. L'homme y peut creuser un puit parfois très profond pour entretenir un village, plus ou moins important suivant le rendement des pluies. Bien sûr, un puit ne suffit pas, c'est tout un système de canaux souterrains et en surface qui va permettre d'irriguer les terres alentours afin de les rendre propres à l'agriculture, et donc à la vie sédentaire ou semi-nomade (quelques régions connaissent un mode de vie constitué par une circulation d'un oasis à l'autre pour éviter d'en épuiser les qualités).

Les Pratiques Traditionnelles

la Foggara est le nom donné en Algérie à la galerie souterraine qui recoupe la nappe phréatique et en draine l'eau vers les terrains de palmerais à irriguer. Elle se poursuit en surface par un répartiteur qui exploite le bois des palmiers-dattiers ne donnant plus de fruit et qui sont creusés pour former des conduits d'irrigation en surface, positionnés en pente douce vers les champs. Pour préserver l'eau qui y circule sous l'intense chaleur du jour, ces canaux de bois creux sont eux-même à l'ombre de palmiers uniquement là dans ce but, et celui de retenir le sable à la dérive.

La Foggara est une succession de ces puits en étoile autour de la nappe phréatique, conduisant à des tunnels souterrains en pente douce permettant l'alimentation du puit d'extraction du village, qui est classiquement bâti en surplomb des cultures, cerné d'un mur d'enceinte pour protéger la population de la pratique de la razzia, et assurer la sécurité aux heures de prière.

Le puit d'extraction est équipé d'un shadouf, une bascule composée d'une longue perche à pivot munie d'un sceau et d'un poids en balancier pour ramener l'eau à la surface.

L'oasis, un lieu de vie sédentaire très délicat
L'oasis, un lieu de vie sédentaire très délicat

Il y a donc de longs conduits horizontaux en pente douce sous la terre, sur le modèle des égouts ou des aqueducs, creusés au fond des sables, que l'on qualifie de puits horizontaux, servant à centraliser l'arrivée des eaux d'alentours dans la nappe phréatique qui sera exploitée. On maximise l'eau de récupération pour alimenter au mieux les cultures situées en aval.

Voici une illustration claire issue d'un vieux manuel de tourisme:

L'oasis, un lieu de vie sédentaire très délicat

Le Palmier-Dattier

Les palmiers dattiers produisent du fruit au bout d'une douzaine d'années. La datte fourni un fort apport en vitamines.

Une centaine de variété existe, répartie en trois catégories dont une seule, la deglet nour (Doigt de Lumière) peut s'exporter.

Lorsque le palmier a cessé de produire, son tronc fibreux procure du bois de construction ou du combustible. Ses feuilles sont tissées pour confectionner des toitures, des paniers, des cordes et des nattes.

Les noyaux de datte sont pillés pour fournir du fourrage au bétail. L'ombre des palmiers permet la culture des olives entre autres fruits, légumes et céréales.

Commenter cet article